Créer mon blog M'identifier

La délicatesse de David Foenkinos

Le 11 novembre 2014, 13:17 dans Livres 0

Découvert il n'y a pas longtemps (oui je suis à la ramasse) grâce à un ami, ce livre m'a particulièrement ému.

Petit résumé : "François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m'en vais. C'est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n'est guère mieux. On sent qu'on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu'un jus, ça serait bien. Oui, un jus, c'est sympathique. C'est conviviale et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l'orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d'abricot, c'est parfait. Si elle choisit ça, je l'épouse... "-Je vais prendre un jus... Un jus d'abricot, je crois, répondit Nathalie." Il la regarda comme si elle était ne effraction de la réalité."

Mes impressions : Tout d'abord, il faut bien poser les choses. Ce livre parle avant tout du deuil. Le sujet est abordé rapidement au début du livre et brillamment - car c'est avant tout un sujet délicat. Mais il parle aussi de l'amour et je dois vous dire qu'il m'a fait pleurer. Ce qui m'a particulièrement touché, c'est la manière dont l'écrivain arrive à transmettre la force des sentiments des personnages. On a vraiment l'impression d'être à la place de Nathalie, de François, de Markus et même de Charles ! Ce livre porte bien son titre car durant ma lecture, j'ai très bien discerné cette délicatesse : autant dans le personnage qu'est Nathalie, que dans le pouvoir des mots, de l'humour. Je vous conseille donc ce petit bijou de simplicité.

Quelques passages que j'affectionne : 

"Dans le tiroir , il y avait aussi un petit miroir. Elle le prit pour s'observer, comme le ferait un homme qui la verrait pour la première fois. Elle se leva, se mit à marcher, fit des allers-retours dans son bureau. Les mains sur ses hanches. A cause de la moquettes, on n'entendait pas le bruit de ses talons aiguilles. La moquette, c'est le meurtre de la sensualité. Mais qui avait bien pu inventer la moquette ?"

" En partant ce vendredi soir, il était bien content de pouvoir se réfugier dans le week-end. Il utiliserait le samedi et le dimanche comme deux grosses couvertures. Il ne voulait rien faire , n'avait même pas le courage de lire. Alors, il s'installa devant la télévision. C'est ainsi qu'il assista à un spectacle exceptionnel , celui de l'élection du premier secrétariat du Parti socialiste français. Le second tour opposait deux femmes : Martine Aubry et Ségolène Royal. Jusqu'à présent, il ne s'était jamais vraiment intéressé à la politique française. Mais là, c'était une affaire passionnante. Mieux : une affaire qui allait lui donner des idées."

 Petit plus : Il faut savoir que ce livre a été adapté au cinéma, avec Audrey Tautou et François Damiens. Il faut savoir aussi que c'est la première fois - et je dis bien LA PREMIERE FOIS - que je trouve que l'adaptation cinématographique correspond aussi bien au livre (peut-être est-ce parce que c'est l'écrivain lui-même qui a réalisé le scénario ? ou alors parce qu'Audrey Tautou est génialissime dans le rôle de Nathalie ? ...). Enfin, ce live a obtenu dix prix littéraires et a été traduit dans plus de quinze langues. Je pense qu'il fait parti des indispensables qui doivent se trouver dans votre bibliothèque ! Alors si vous ne l'avez pas déjà lu, sautez dessus !

 

xoxo 

La Mécanique du cœur de Mathias Malzieu

Le 17 juillet 2013, 21:06 dans Livres 1

Mathias Malzieu.. ça ne vous dirait pas quelque chose ? Si... cherchez bien... vous donnez votre langue au chat? Et bien il s'agit du chanteur d'un des meilleurs groupes du rock français (pas pour tout le monde je le comprends) : Dionysos ! Auteur, compositeur et interprête, son style poétique et mélancolique se retrouve dans ce livre que j'ai beaucoup apprécié (oui, je l'ai relu trois fois). Même s'il s'agit aussi du nom d'un des albums du groupe, nous parlerons ici du livre mes amis !

Petit résumé : "Edimbourg, 1874 : le jour le plus froid du monde. Lorsque Jack naît, son coeur gelé se brise immédiatement. La sage-femme le remplace par une horloge et le sauve. Depuis lors, il doit prendre soin d'en remonter chaque matin le mécanisme. Mais gare aux passions ! Le regard de braise d'une petite chanteuse andalouse va mettre le coeur de Jack à rude épreuve... Un conte initiatique cruel et merveilleux."  

Mes impressions : L'histoire est magnifique, certes dure mais magnifique tout de même. Je l'ai acheté grâce à une amie qui me l'avait vivement conseillé (à comprendre qu'elle m'avait presque carrément forcé à l'acheter ce jour-là, bref) et je ne l'ai pas regretté. Ce livre est un petit bijoux auquel je tiens car il me fait simplement rêver. Le personnage qu'est Jack est attachant, vraiment attachant, et je dois vous prévenir que la fin vous arrachera peut-être le coeur (sans mauvais jeu de mot bien entendu) comme elle l'a fait avec moi... En gros, j'ai pris énormément de plaisir à lire cette histoire et j'espère que vous aussi. Si je devais lui donner une note, ce serait un 18/20 (deux points en moins dus à la fin triste même si extrêmement poétique).

Attention : à ceux qui n'aiment pas la naïveté et la poésie des mots (extrêmement bien choisis par l'auteur), le personnage peut ne pas vous plaire et vous inciter à fermer le livre.

Mon passage préféré : " Dans une chasse au trésor, lorsque la lumière des pièces d'or commence à filtrer par la serrure du coffre, l'émotion nous submerge, on ose à peine ouvrir le couvercle. Peur de gagner. Je couve ce rêve depuis si longtemps ! Joe me l'a écrasé sur le crâne, j'en ai ramassé les morceaux. J'ai pris mon mal en patience, reconstituant mentalement cet oeuf plein d'images de la petite chanteuse. Le voilà au bord d'éclore et le trac me paralyse. L'Alhambra nous tend ses arabesques plantées dans le ciel opale. Les fiacres cahotent. Mon horloge cahote. Le vent se lève, soulève la poussière, remonte les robes des femmes-parasols. Oserai-je te déplier, Miss Acacia ? "

La berceuse de Madeleine "Love is dangerous for your tiny heart even in your dreams, so please dream softly" ainsi que l'inscription sur l'ardoise dans la chambre de Jack pour qu'il n'oublie pas (je ne la révèlerais pas!) résument bien l'histoire aussi !

Je vous quitte sur le commentaire du Figaro : "Onirique, sombre et envoûtant."

xoxo.

 

Les Morues de Titiou Lecoq

Le 15 juillet 2013, 15:38 dans Livres 0

Hallelujah ! Voilà ce qui est sorti de ma bouche après avoir tourner à contre coeur la dernière page de ce livre !

Les filles, voici un de mes coups de coeur de l'été, il rentre sans hésiter dans mon top 10 (que je livrerais à la fin de la saison) !

Petit résumé : "C'est l'histoire des Morues, trois filles - Ema, Gabrielle et Alice - et un garçon - Fred -, trentenaires féministes pris dans leurs turpitudes amoureuses et professionnelles. Un livre qui commence par un hommage à Kurt Cobain, continue comme un polar, vous happe comme un thriller de journalisme politique, dévoile les dessous de la privatisation des services publics et s'achève finalement sur le roman de comment on s'aime et on se désire, en France, à l'ère de l'Internet. C'est le roman d'une époque, la nôtre."

Mes impressions : Ce livre est triste car l'intrigue tourne tout de même autour d'un événement tragique (pas de spoiler no souci), réaliste voire assez frustrant par moment (car bien évidemment on a envie de dire à certains des personnages de se réveiller bordel !) mais par dessus tout, TRES BIEN ECRIT. Titiou Lecoq est une jeune femme habile avec les mots, qui aborde les différents sujets de son livre avec un humour tordant. J'ai 16 ans et bien que ce livre porte sur de jeunes trentenaires, j'ai littéralement accroché : je ne lachais plus. Je dois vous avouer que je suis tombée sur lui un peu -beaucoup- par hasard alors que je flannais à Cultura dans le but d'utiliser ma carte cadeau, à vrai dire la couverture m'a intrigué ainsi que -et surtout- le titre. Pourquoi les "morues"? Lisez-le, vous risquez d'être surprise par l'ampleur des convictions de ces jeunes femmes.

Attention : à celles qui ne veulent pas entendre parler du porno ou de la sodomie, les sujets sont abordés ! Mais n'ayez crainte, je n'ai pas été traumatisé et vous ne le serez pas non plus car comme précisé un peu plus haut l'écrivain a du talent.

Mes deux passages préférés : 

"En regardant distraitement défiler un paysage de banlieue uniformément gris, Fred en vint à l'approximative conclusion qu'il n'était ni heureux ni malheureux. Ce qui, au demeurant, lui semblait être un bilan on ne peut plus pertinent. Cette manie humaine de distinguer le noir du blanc, la distinction par l'opposition, n'était que perversion."

"Ce soir-là, Fred avait une nouvelle fois le visage tourné vers la vitre sale du wagon du RER mais son regard allait bien au-delà. Il revoyait ces trois femmes si différentes lui réciter à tour de rôle les articles et commandements d'une charte suffisamment souple et large pour répondre aux situations que chacune pouvait rencontrer. Mais plus que le corps du texte en lui-même, ce qui l'avait impressionné c'était leur capacité spontanée à mettre en accord leurs discours et leurs actes. Et en les écoutant rire entre elles, il avait eu l'intuition que sa vision et donc son comportement avec les filles dataient du Moyen-Age. Le respect qu'elles exigeaient n'avait rien avoir avec ce qu'il imaginait."

Pour finir, je rajouterais que ce livre a eu le PRIX DES LECTEURS (sélection 2013) et que je vous le conseille si vous avez envie de rire tout en comprenant mieux le système politique dans lequel nous vivons ainsi que la complexité de l'amitié, l'amour et l'engagement.

xoxo.

(PS : le blog de Titiou Lecoq qui est quelqu'un de très abordable : http://www.girlsandgeeks.com/ )

 

 

Voir la suite ≫