Mathias Malzieu.. ça ne vous dirait pas quelque chose ? Si... cherchez bien... vous donnez votre langue au chat? Et bien il s'agit du chanteur d'un des meilleurs groupes du rock français (pas pour tout le monde je le comprends) : Dionysos ! Auteur, compositeur et interprête, son style poétique et mélancolique se retrouve dans ce livre que j'ai beaucoup apprécié (oui, je l'ai relu trois fois). Même s'il s'agit aussi du nom d'un des albums du groupe, nous parlerons ici du livre mes amis !

Petit résumé : "Edimbourg, 1874 : le jour le plus froid du monde. Lorsque Jack naît, son coeur gelé se brise immédiatement. La sage-femme le remplace par une horloge et le sauve. Depuis lors, il doit prendre soin d'en remonter chaque matin le mécanisme. Mais gare aux passions ! Le regard de braise d'une petite chanteuse andalouse va mettre le coeur de Jack à rude épreuve... Un conte initiatique cruel et merveilleux."  

Mes impressions : L'histoire est magnifique, certes dure mais magnifique tout de même. Je l'ai acheté grâce à une amie qui me l'avait vivement conseillé (à comprendre qu'elle m'avait presque carrément forcé à l'acheter ce jour-là, bref) et je ne l'ai pas regretté. Ce livre est un petit bijoux auquel je tiens car il me fait simplement rêver. Le personnage qu'est Jack est attachant, vraiment attachant, et je dois vous prévenir que la fin vous arrachera peut-être le coeur (sans mauvais jeu de mot bien entendu) comme elle l'a fait avec moi... En gros, j'ai pris énormément de plaisir à lire cette histoire et j'espère que vous aussi. Si je devais lui donner une note, ce serait un 18/20 (deux points en moins dus à la fin triste même si extrêmement poétique).

Attention : à ceux qui n'aiment pas la naïveté et la poésie des mots (extrêmement bien choisis par l'auteur), le personnage peut ne pas vous plaire et vous inciter à fermer le livre.

Mon passage préféré : " Dans une chasse au trésor, lorsque la lumière des pièces d'or commence à filtrer par la serrure du coffre, l'émotion nous submerge, on ose à peine ouvrir le couvercle. Peur de gagner. Je couve ce rêve depuis si longtemps ! Joe me l'a écrasé sur le crâne, j'en ai ramassé les morceaux. J'ai pris mon mal en patience, reconstituant mentalement cet oeuf plein d'images de la petite chanteuse. Le voilà au bord d'éclore et le trac me paralyse. L'Alhambra nous tend ses arabesques plantées dans le ciel opale. Les fiacres cahotent. Mon horloge cahote. Le vent se lève, soulève la poussière, remonte les robes des femmes-parasols. Oserai-je te déplier, Miss Acacia ? "

La berceuse de Madeleine "Love is dangerous for your tiny heart even in your dreams, so please dream softly" ainsi que l'inscription sur l'ardoise dans la chambre de Jack pour qu'il n'oublie pas (je ne la révèlerais pas!) résument bien l'histoire aussi !

Je vous quitte sur le commentaire du Figaro : "Onirique, sombre et envoûtant."

xoxo.